Elections, dialogue, découpage

Elections, dialogue, découpage : Ruberwa et Kanku font des propositions à Kabila !
La Prosperité du  05/06/2015

Commencées depuis le lundi 1er  juin 2015 au Palais de la nation avec les confessions religieuses, les consultations de chef de l’Etat, Joseph Kabila, se sont poursuivies hier, jeudi 4 juin, dans la matinée. Le Rassemblement Congolais pour la Démocratie, en sigle RCD, conduit par son Président, Me Azarias Ruberwa, a été le deuxième parti politique à répondre aux consultations présidentielles. Les vérités ont été dites pour la bonne tenue du dialogue sans sentiment que le RCD appuie pour résoudre les crises. Aussi, les questions liées aux sept élections ont été évoquées, sans réserve, dans l’intérêt de la Nation. Selon Azarias Ruberwa, en l’espace d’une année, soit du mois d’octobre 2015 à celui de novembre 2017, raisonnablement, il n’est pas possible de tenir un tel cycle électoral non seulement par rapport aux moyens et facteur temps, mais aussi, les tensions résultantes de toutes ces élections peuvent causer d’énormes crises politiques. Le Mouvement pour le Renouveau, conduit par clément Kanku est favorable au dialogue mais demeure non convaincu pour l’organisation des élections telles que la Ceni propose.

Le décor est planté pour le dialogue national. La nette conviction des Partis politiques consultés jusque-là par le Chef de l’Etat rassure de la volonté de discuter sur les problèmes sérieux de la nation. Notamment, la question du dialogue et du calendrier électoral.

Invité à livrer ses avis à cet effet, Azarias Ruberwa a fait savoir qu’il y a des problèmes qu’il faut résoudre avant d’aller aux élections. C’est-à-dire, que si les Congolais ne se retrouvent pas autour d’une table pour parler des problèmes qui touchent à la vie de la nation et en dénicher les causes réelles en vue d’y apporter des solutions appropriées, les élections n’auront rien résolu ou n’apporteront pas des solutions. « Nous venons d’avoir une rencontre avec le Président de la République. L’objet, évidemment, c’est le dialogue politique et les élections». De la genèse de cette rencontre, Il a expliqué qu’il y a quelque temps, il a reçu l’émissaire du Président Joseph Kabila avec qui il a parlé de la nécessité pour le Président de la République d’organiser un dialogue politique par rapport à la situation actuelle et à venir du pays. C’est ici qu’il a fait observer que dans leur entretienil y avait des questions sur lesquelles le RCD devrait réfléchir et lui apporter des réponses. «Nous l’avons vu et nous avons répondu et apporter des réponses aux questions qui nous ont été posées. Il n’y a pas des préoccupations particulières. Nous avons seulement relevé notre conviction sur la nécessité d’un dialogue étant donné qu’il y a des questions qui ne peuvent pas être réglées sans dialogue politique», explique Ruberwa.

Parlant des élections, il a, par exemple, éclairé que la RDC devra organiser, selon le calendrier émis par  la Ceni, sept élections qui constituent tout le cycle électoral en l’espace d’une année, soit du mois d’octobre 2015 à novembre 2017. A l’en croire, il a fait comprendre au Président que c’est raisonnablement impossible de tenir un tel cycle électoral par rapport aux moyens et au facteur temps. Il a démontré, aussi, que les tensions résultantes de toutes ces élections peuvent causer d’énormes crises politiques.

La deuxième question évoquée dans ce face-à-face Ruberwa-Kabila, c’est le découpage. Le Président du RCD estime qu’il est favorable pour le découpage. Mais, il n’a pas gardé sa langue en poche pour fustiger que c’est depuis 2006 que ce programme devrait être mis en œuvreen termes de nouvelles provinces. Comme conséquence, dit-il, on se retrouve avec un programme de disposer 26 provinces au cours de ce mois de juin 2015. Il a indiqué que c’est difficile dans le contexte actuel de réaliser ce programme.

D’autres questions liées au débat par rapport au respect de la Constitution ou non par rapport à l’élection présidentielle ont été mises sur la table. «Nous avons des questions liées aux jeunes devenus majeurs. Ils sont de millions des personnes qui doivent aller aux  élections, d’une part et, de l’autre, se rassurer du fichier électoral ».

Le RCD considère que le dialogue politique, principalement entre acteurs politiques, est la chose la bienvenue à laquelle il ne faut pas confondre avec les Concertations nationales qui, elles, se sont justifiées en son temps et qui ont donné des résolutions qui doivent être mises en œuvre. Pour le RCD, malheureusement, les concertations n’ont pas abordé la problématique du climat politique apaisé attendu pour éviter des tensions et des guerres comme nous le voyons au Burundi.

Finalité de ce dialogue

La finalité de ce dialogue est l’organisation d’un cycle électoral réaliste. C’est-à-dire, il y a des élections qui devront être probablement reportées en 2017 et 2018. C’est celles, affirme-t-il, dont la non-tenue n’offense pas la Constitution. «Le dialogue est une culture politique. Le RDC a connu des dialogues à Tananarive, Coquilathville, à Sun City et la CNS. Il n’est pas moins démocratique de faire le dialogue. C’est la grandeur, lorsque vous considérez qu’il y a divergences de vues, au lieu de tensions et des guerres, vous puissiez trouver des compromis parce qu’il s’agit de la nation donc il faut désentimentaliser la question de dialogue et y aller sur base des principes et des valeurs sachant que c’est le pays qui gagnerait», a déclaré le Président du RCD. Répondant à la question sur le glissement, il réagit en affirmant que le délai constitutionnel c’est dans un dialogue qu’il faut en parler. « Au moment où vous avez un calendrier qui fixe l’élection présidentiel pour le mois novembre 2016, ce calendrier respecte la constitution. Mais, maintenant, s’il y a des craintes qu’il peut y avoir dépassement, il n’y a pas un meilleur endroit de le dire que dans un dialogue».

Kanku prêt pour dialoguer avec le pouvoir

Clément Kanku, au sortir de l’entretien avec le Président de la République, a estimé qu’il est bon de dialoguer mais avant tout il faudrait savoir les termes de référence. «Nous avons proposé au Président que s’il faut organiser le dialogue, il faut qu’il soit inclusif sinon il sera improductif ». Pour ce faire, le MR a posé des préalables. Entre autres, la libération des prisonniers politiques et l’ouverture des medias proches à l’opposition.  Le Mouvement pour le Renouveau est un Parti politique attaché aux valeurs démocratiques, il prône la décrispation de l’atmosphère sur le plan politique.

Peter Tshibangu

Laisser un commentaire

Ne pas oublier sa religion ! |
LES PREUVES ECLATANTES DANS... |
Le livre d'Urantia. Vidéo. ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elmoutahajiba
| Bismillah
| FIER D'ÊTRE CHRETIEN EN 2010